ALCOOL, VITESSE, DROGUES (cannabis, Cocaïne, Ecstasy, Tabac) : des conseils !!!

DES INFOS :Drogues Alcool Tabac Info services : Tel : 113
Tabac Info Service : 0 825 309 310
Site tabac : http://www.tabac-info.net
Fil santé Jeunes : 0 800 235 236
site : http://www.drogues.gouv.fr

Un LOGO, pour une autre façon de conduire : affichez le . Merci
SI CHACUN FAIT UN PEU, C'EST LA VIE QUI GAGNE

ALCOOL : APRÈS DEUX VERRES, PASSER LA MAIN

VITESSE : LA LIMITER POUR AUGMENTER LA SÉCURITÉ DE CHACUN

LA CEINTURE DE SÉCURITÉ : L'ATTACHER, C'EST VOYAGER SÛR

LA FATIGUE : BIEN ROULER, C'EST AUSSI S'ARRÊTER

FACTEURS DES ACCIDENTS

Dans 94% des accidents mortels de la circulation, le comportement des conducteurs joue un rôle déterminant.

La vitesse est présent dans 48% des accidents mortels, soit 1 accident sur 2,
L'absence de ceinture et/ou de casque est présente dans 25% des accidents mortels,
L'alcool est présent dans 30% des accidents mortels,
La perte de vigilance ou fatigue est présente dans 18% des accidents mortels.

Pour les motos :

La vitesse est présente dans 62% des accidents mortels,
L'alcool est présent dans 30% des accidents mortels,
la perte de vigilance dans 8% des accidents mortels.

Que faire en cas d'accident corporel ?

PROTÉGER :
Signaler l'accident dans les deus sens de la circulation, à 100 m avec un triangle, une lampe, des feux de détresse
Placer les personnes indemnes hors de la chausée
Ne pas déplacer les victimes, ni modifier l'état des lieux.

ALERTER :
Appeler le 15, 17, ou le 18 : ces appels sont gratuits
Donner les renseignements suivant :
Nombre et type du véhicule
Nombre et état des victimes
Lieu précis de l'accident
Les risques particuliers (noyade, incendie, ...)

SECOURIR :
Sauf si vous êtes formé, ne pas déplacer les victimes
Ne pas enlever le casque (2 roues)
Ne pas donner à boire
Couvrir les bléssés
Les rassurer

Je vais consacrer cette page à tout ce qui se passe sur les routes de France.

J'attends des témoignages sur :
• l'état des routes dans nos régions,
• le comportement outrancier de certain conducteur,
• Les excés dangereux ayant entrainés des dégats irréparables, ...

mais aussi :
• Des actions qui ont permis d'améliorer et de remédier à l’hécatombe.
• Ce que vous préconnisez pour amméliorer les comportements ou notre réseau routier.

Faite le savoir, exprimez vous, rejoingnez moi. Vos témoignages seront vus de tous.

Respectons les autres.

Mais, nous respectons nous, nous-même ?

Exprimez vous !

(Témoignage au bas de la page)

Notre vie : PROTÉGEONS-LA

 

Vous êtes une association, une organisation, vous désirez participer ou vous faire connaître : Exprimez vous

Que risque t'on en cas d'infraction au code de la route ?

Attention aux modifications des peines

LA CLASSIFICATION DES INFRACTIONS
Les différentes infractions au Code la route sont classées :

en contraventions. Il en existe 5 catégories (Ire, 2e, 3e, 4e et 5e classes) : plus la classe est élevée, plus la sanction financiére encourue est lourde ( voir le tableau récapitulatif). A titre d'exemple une alcoolémie de 0,5 à 0,79 g/1 desang est punie d'une contravention de4e classe ; elle devient un délit quand le taux atteint 0,8 g/l de sang. De même, un dÉpassement de 50 km/heure ou plus de la vitesse maximale autorisée est puni d'une contravention de 5e classe et d'une contravention de 4e classe lorsque le dépassement est inférieur à 50 km/heure.
et en délits, pour les plus graves (homicide involontaire par exemple), passibles d'emprisonnement.

LES AMENDES

Les infractions relevant des contraventions de la 1 re à la 4e classe sont punies d'une amende forfaitaire. Vous pouvez néan- moins bénéficier d'une minoration du montant de ces amendes (mais uniquement pour les contraventions de la 2e à la 4e classe), si vous réglez immédiatement la contravention à l'agent verbalisateur ou dans les 3 jours qui suivent l'infraction (ou dans les 7 jours si l'avis d'infraction vous est envoyé par la poste). A défaut de paiement dans ce délai, vous devrez régler le montant de l'amende forfaitaire dans les 30 jours qui suivent l' infraction (avec majoration si vous dÉpassez le délai de 30 jours).
A savoir: les infractions relevant des contraventions de 1 re classe et les contraventions relatives au stationnement ( quelle que soit leur classe) ne relèvent jamais du dispositif des amendes minorées.

Les infractions relevant des contraventions de se classe et des délits connaissent un régime différent. Elles sont respectivement jugées par le tribunal de police et le tribunal correctionnel qui fixent, conformément aux limites qui leur sont imposées par la loi, le montant de l'amende en fonction des circonstances de l'infraction.

LA PERTE DE POINTS
Le titulaire du permis a un capital de 12 points qui peuvent lui être retirés en cas d'infractions. Le retrait de points lui est indiqué à l'occasion du contrôle par l'agent verbalisateur puis confirmé par courrier; il intervient après le paiement de l'amende ou après la condamnation éventuelle par un tribunal.

Le nombre de points retirés varie selon l'infraction commise. Si vous commettez simultanément plusieurs infractions entraînant la perte de points, les retraits se cumulent dans la limite de 8 points au maximum.

Vous retrouvez vos 12 points automatiquement si vous n'avez commis aucune infraction entraînant une perte de points pendant 3 ans. Dans le cas contraire, il vous faudra attendre 10 ans après la date du paiement de l'amende forfaitaire ou de la condamnation définitive prononcée à votre encontre pour retrouver vos points perdus du fait des contraventions passibles d'amende forfaitaire.

Vous pouvez aussi récupérer 4 points si vous effectuez un stage de sensibilisation à la sécurité routière, mais cette possibilité ne vous est ouverte que tous les 2 ans et le capital ainsi reconstitué ne peut dépasser 11 points.
Si vous n'avez plus de points, votre permis n'est plus valide et vous devez attendre 6 mois avant de le repasser.

Attention : les permis accordés à partir du 1er mars 2004 seront affectés d'un capital de 6 points auquel seront rajoutés 6 autres points, à l'issue d'une période de 3 ans, si aucune infraction donnant lieu à retrait n'est commise.

 

LA SUSPENSION ET L'ANNULATION DU PERMIS DE CONDUIRE
La loi prévoit la possibilité, en cas d'infraction grave, d'ajouter aux sanctions précédentes une suspension ou une annulation du permis de conduire.

Suspension administrative. La commission de suspension, saisie par le préfet, peut prononcer une suspension de permis, aprés avoir entendu les explications de l'intéressé.
La durée de cette suspension ne peut excéder 6 mois ( 1 an pour conduite en état d'ivresse, délit de fuite, blessures).

En cas d'urgence, le préfet peut suspendre le permis pour une durée maximale de 2 mois, après avis d'un représentant
de la commission.

De même, en cas de conduite en état d'ivresse, le véhicule peut être immobilisé avec rétention du permis de conduire pendant 72 heures, période à l'issue de laquelle le préfet peut prendre une décision de suspension de permis pour une durée de 6 mois.

Suspension judiciaire. Le tribunal, lorsqu'il est saisi, peut aussi décider de suspendre un permis pour une durée maximale de 3 ans.

Annulation. Le tribunal peut prononcer une annulation de permis de conduire pendant une durée maximale de 3 ans.
Cela signifie que l'intéressé perd le bénéfice de son permis et qu'il devra le repasser à l'expiration du délai fixé par le tribunal.

A savoir : en cas d'annulation ou de suspension, l'intéressé ne peut solliciter un nouveau permis ou la restitution de son permis qu'après avoir passé un examen médical le reconnaissant apte à la conduite.

LA FIN D'UNE CATASTROPHE NATIONALE ?

Depuis le regain de sévérité en matière de sécurité routière, les accidents corporels de la circulation ont diminué de 18,2 % par rapport à 2002, soit I 500 tués de moins en douze mois. En septembre 2003, on notait une baisse de 24,6 % des accidents par rapport à 2002. En revanche, entre 2001 et 2002, les moyens en hommes et en infrastructures ayant progressé (1200 policiers et gendarmes supplémentaires cette année), les infractions ont augmenté de 6,43 %.

L'ivresse Sévèrement punie
l’alcool est responsable d'un accident de la route sur trois. Désormais, un conducteur encourt un retrait de six points de permis sur douze (trois auparavant) en cas de dépassement du seuil de 0,5 gr d'alcool par litre de sang et risque sept 3IIS de prison et 100 000 Ä d'amende pour un homicide involontaire avec une alcoolémie positive. Quant aux jeunes conducteurs, depuis mars 2003, on leur retire leur permis s'ils sont contrôlés avec plus de 0,5 g.

Entre 2001 et 2002, les dépistages d'alcoolémie positive ont augmenté de 27,07 %.

« Refusons d'être des assassins »
Une nouvelle campagne choc pour frapper les esprits.

Les dépassements pris de vitesse
Contre les excès de vitesse, première cause des accidents de la route, les pouvoirs publics ont notamment mis en place un nouveau réseau de radars numériques. Le premier d'entre eux a été inauguré en octobre dernier;ils seront 100 à la fin de l'année,1000 dans trois ans, répartis sur tout le réseau routier. Entièrement automatisés, ils coûtent 80000 euros l'unité, et permettent d'éditer automatiquement des PV à partir de photos numériques. Ce nouveau dispositif devrait considérablement accroître le nombre de procès - verbaux dressés annuellement pour excès de vitesse ou pour franchissement de feu.
Ceux-ci passent de 1,5 million à … 30 millions.
Par ailleurs, les sanctions se sont aggravées avec, notamment, la suspension de la possibilité de conserver son permis pour raison professionnelle. Entre 2001 et 2002,
les infractions à la limitation de vitesse ont augmenté de 7,3%.

Des appels qui tuent
Depuis mars 2003, l'usage du téléphone portable, multiplierait par quatre le risque d'accident, est sanctionné par un retrait de deux points de permis et une amende de 35 euros.
L'utilisation du kit « mains libres » n'est pas une infraction, mais en cas d'accident, la justice peut décider que son usage a été déterminant et juger en ce sens.

Les causes des accidents de la route ; mais aussi les remèdes.

Je fais beaucoups de route et je constate régulièrement des manques aux règles de civisme et de respect.

Je vais énumérer tout ce que je peux rencontrer sur les routes de France.


Jeunes conducteurs : ne coyez pas parce-que vous venez d'avoir votre permi que vous êtes devenus des "AS" de la route. Apprenez à maîtriser votre véhicules et surtout apprenez avec une voiture de petite cylindrée.
Ce qu'il faudrait faire :
- Obliger les jeunes conducteurs à conduire une petite cylindrée pendant un cetain temps (2 ans).
- Obliger les parents ou les vendeurs de voitures à ne pas donner ou vendre des voitures puissantes.
- Leur apprendre la différence entre "traction et propultion".
- Installer des mouchards dans chaque véhicule (controle des forces de l'ordre).

Il pleut, et malgré cela les automobilistes roulent vite et surtout sans phare. Apprenons à mettre nos phares ; même si le soleil brille. Les motards le font bien, eux, non ?

Les" Stops" sont de moins en moins respectés (ou pas du tout).

Au "Stop" ou au "Céder le passage", les automobilistes qui tournent sur leur droite regardent à gauche sans penser qu'il peut arriver une voiture sur leur droite qui, elle, est en train de doubler : le choc est inévitable.

Les automobilistes doublent sur les lignes blanches continues. Attention même si l'on double un véhicule lent (tracteur), nous ne sommes pas prioritaires. Les vitesses d'exécution sont aussi en cause ; surtout si un véhicule arrive en face.

Les tracteurs ont de moins en moins leurs "gyrophares" allumés. Attention, on ne les aperçoit que lorsque l'on est sur eux.

L'état des routes en France est de plus en plus à critiquer. Les goudrons disparaissent, les côtés des routes forment des crevasses qui peuvent nous conduire dans le fossé, les virages empreintés par les camions sont déformés par l'énergie cinétique et nous avons des "vagues". Messieurs les motards attention !!!

La vitesse, bien sur, mais pas seulement. Il faut conduire en tenant compte des capacités de réaction de son véhicule, mais aussi des possibilités à évaluer sa vitesse en fonctions de chaque circonstance (route, village, campagne, montagne, autoroute, ...)

Attention (les jeunes) au sortie de boite ou le samedi et dimanche midi (les parents) dans les campagnes. Le repas ou les sorties sont souvent arrosés.

Les feux rouges ne sont, comme le "Stop", plus respectés. On a l'impression que c'est devenu pour les automobilistes, une interdiction absolue et ils ne l'acceptent plus. Cela devient une "contrainte" à bannir et dommage pour les autres.

Les voitures sont de moins en moins entretenues.
Les voitures polluent de plus en plus et tout le monde sans fout. Pour ces deux fait, ils vous répondent : "on a pas les moyens !". Obligeons les propriétaires à controler leurs véhicules.

Parlons des Camions : Messieurs, respectez les vitesses, les interdictions de doubler et surtout les distances de sécurité. Regardez Monsieur Laberthonnière Nicolas

Chauffeur dans l'Indre, par le respect de ces règles, a réussi à arrêter son camion et à sauver une petite fille qui c'était détachée de son siège de bébé.

Bravo, et félicitation à vous, Monsieur !!! (Août 2002)

Parlons aussi des drogues. Attention elles atténuent certains réflexes, comme l'acool !!! Vous n'êtes plus maître de votre véhicule et les cimetières se remplissent trop vite de jeunes de week-end.

 

Juin 2002, j'ai écrit au premier ministre :

"Thème 1 : Les accidents de la route :

Je viens d’être informé que le nombre de tués sur la route a encore augmenté.
Je suis régulièrement dans ma voiture et je vais vous faire part de ce que je vois à chaque fois.
J’habite sur Angoulême et je vais souvent sur Bordeaux : la fameuse Nationale 10.

Il y a de plus en plus de poids lourds : ne pouvons-nous pas les « obliger » à prendre l’autoroute moyennant un prix plus intéressant pour ceux qui vont dans le Sud de la France (et vis et vers ça) ?
Ils sortent tous à Poitiers car ils ne paient pas l’autoroute.
Ils doublent sur des endroits interdits ou dangereux.
Ils ne respectent pas les distances de sécurité et la vitesse limitée.
Les intersections, par endroits, ne permettent pas la sortie sécurisée des véhicules de gauche comme de droite.
Il y a de plus en plus de morts sur cette route.

2 solutions possibles :
La première :
Ne pourrait-on pas profiter de l’occasion actuelle (amélioration de la route 2x1 voie en 2x2 voies ligne Poitiers-Angoulême-Bordeaux) pour penser à poser en parallèle une voie ferrée qui supporterait un nombre de plus en plus croissant de camions.
Les camions seraient chargés sur Ruffec (Charente) et déchargés après Bordeaux (intersection Autoroute de Toulouse-Bayonne).
Cela doit nécessiter aussi la réalisation d’un autre pont sur la Garonne et la Dordogne. Une pierre deux coûts : route et chemin de fer réalisés en même temps = cela donnerait aussi des emplois (notre région en manque et il n’y a aucun projet).
Cela crée, bien-sûr, une ligne de chemin de fer supplémentaire, mais je pense qu’il ne faut pas mélanger les lignes ferroviaires « passagers » et lignes ferroviaires « camions avec produits plus ou moins dangereux ».

La deuxième :
Favoriser le maintient des camions sur l’autoroute A10 en réduisant leurs coûts du passage. Ils devront s’y tenir et nous devons leurs faire comprendre qu’une vie humaine n’a pas de prix. Vous savez, mais je vous l’ai déjà dit, sur cette Nationale 10, certains camions ne respectent plus l’interdiction de doubler.
Cette possibilité serait donnée jusqu’à la fin des travaux d’aménagement de la N10.
En Charente, il y a eu 33 morts en 3 ans sur cette route

Thème 2 : l’état des routes en France.
Je suis aussi effaré de voir l’état des routes (partout en France, dans les campagnes et même dans les villes).
Les routes ne sont pas réparées et l’on trouve des « nids-de-poule ».
Lorsqu’elles le sont enfin, notre chère DDE pose du goudron, des cailloux par-dessus et ce sont les automobilistes qui font le reste : j’en suis à mon deuxième pare-brise en 3 ans.

Les réparations : parlons en.
Sur une portion de route, on trouve tous les niveaux d’imperfection. Bien-sur il existe des amortisseurs sur ma voiture, mais est-ce une raison ? On se croirait, par endroits sur un 8 américain.
Et dans certain virage ; le passage au même endroit de tous les véhicules provoque un déplacement du goudron. Pensez à un voyage de nuit et aussi aux motards.

Je prends un autre exemple : J’arrive dans une zone dont un panneau m’indique qu’il y a un virage dangereux. Un bouquet de fleur sur ce même panneau me fait prendre conscience du danger : il y a eu un mort. Lorsque vous prenez le virage, vous comprenez pourquoi et encore j’ai de la chance car il fait jour : imaginez la nuit !!!
Bien-sur on peut accuser la vitesse, mais elle ne fait pas tout.
Ce ne sont que quelques exemples et il y en a d’autres. Je ne vais pas tout vous énumérer, mais, j’ai l’impression qu’en France, il y a un certain laisser-aller et on le retrouve dans tous les secteurs (y qu’a, faut qu’on)."

Connaissez-vous ? Le ferroutage
Le ferroutage combine efficacement le rail et la route pour le transport de marchandises. Ce mode de fret va bientôt être expérimenté entre la France et l'ltalie.

Explications et enjeux.

Quelle place pour le ferroutage aujourd'hui ?

Particulièrement adapté à la traversée de zones sensibles (massifs montagneux, tunnels), le ferroutage semble être une alternative intéressante au transport routier. Cependant, il tarde à se développer sur notre territoire, à l'instar du fret ferroviaire dans son ensemble qui ne représente que 20 % du transport de marchandises. Les Franc,ais y sont pourtant nettement favorables: 91% d'entre eux jugent en effet nécessaire le transfert de la route vers le train d'une partie du transport de marchandises

Existe-t-il des expériences à suivre ?
La France a certainement des exemples à prendre du côté de ses voisins européens parmi lesquels figurent l'Autriche, mais surtout la Suisse, où 70 % du fret se fait par rail.
Chez nos voisins helvètes, on pratique en effet aussi bien le transport combiné non accompagné (conteneurs de marchandises sur les trains) que le trafic combiné accompagné (camion + marchandises + chauffeur du camion). Ce dernier système de transport correspond à la définition du ferroutage tel qu'il devrait être pratiqué prochainement entre la France et l'Italie.
En Suisse, I'adoption de ce mode de transport date de la fin des années 60 s'est amplifié au cours des vingt dernières années avec la construction de nouvelles infrastructures. Le gouvernement finance actuellement la construction de deux tunnels qui seront achevés en 2006 et 2014. Il utilise pour cela une partie de l'argent récolté grâce à la taxe"poids lourds" créée en 2001. Celle-ci impose à tout camion suisse ou étranger qui passe sur son territoire de payer une certaine somme en fonction de son gabarit, du kilométrage parcouru et du niveau de pollution émis. "Et, ca marche plutôt bien. De quoi donner au trafic transalpin de marchandises une toute autre ampleur.
Que peut-on attendre de ce mode de fret ? Dans l'absolu, le développement du ferroutage devrait favoriser le rééquilibrage "ferroute" et permettre de désengorger les grands axes routiers au bord de l'asphyxie.
Il faudrait pour cela que le projet s'inscrive dans le long terme, qu'il soit mené à une grande échelle et pas seulement sur une petite portion. En outre, le ferroutage devient utile s'il se traduit par du transport combiné (camions sur les routes pour le fret régional, conteneurs sur les wagons pour des longues distances), mais il perd de son intérêt s'il consiste à mettre systématiquement les camions avec tout leur chargement sur des trains.
Dans ce cas, la place destinée aux marchandises sur chaque wagon est réduite. . . et pour transporter celles qui restent, il faudra d'autres camions toujours plus nombreux sur les routes !. A terme, le ferroutage devrait entraîner une réduction de la pollution atmosphérique et, notamment, une baisse des gaz à effet de serre (CO'), ainsi qu'une limitation de la pollution sonore. Enfin, la solution semble avantageuse pour les compagnies de transport de fret : raccourcissement et respect des délais de transport, sécurité renforcée pour les conducteurs, meilleure organisation du travail dans l'entreprise... Et peut-être un coût plus intéressant, à mesurer sur le long terme.

Comment ça marche ?
La première expérience de ferroutage en France se fera avec le wagon Modalohr, un modèle sans équivalent ailleurs en Europe. Son plancher est surbaissé à 21 cm du rail (contre 40 cm environ pour les wagons classiques), ce qui lui permet de convoyer certains camions (les citernes notamment) sans avoir à modifier le gabarit des tunnels. Il fonctionne avec des roues standard, ce qui résout en grande partie les problèmes de sécurité de circulation et de coûts de maintenance. Enfin, il est à chargement latéral, ce qui permet à tous les poids lourds de monter simultanément, en épi, sur le wagon.
Chaque train-navette comprend 2 locomotives encadrant une voiture corail et 14 wagons pouvant transporter L 18 poids lourds complets ou 28 semi-remorques.
Quand la France va t-elle tester le ferroutage ?
En juin prochain sera officiellement ouverte l'expérimentation d'une autoroute ferroviaire alpine reliant la France à l'Italie sur la ligne existante qui passe par Modane, en Savoie. Les trains-navettes, destinés au transport des poids lourds, vont pouvoir circuler sur une portion de 175 km entre la plateforme d'Aiton-Bourgneuf, en Savoie, et celle d'Orbassano, située dans la banlieue de Turin, en empruntant le tunnel du Mont-Cenis.

Quel est l'avenir de cette première autoroute ?
La phase d'expérimentation de cette autoroute ferroviaire s'effectuera de 2003 à 2006 avec, au programme, 4 allers-retours quotidiens : entre 30 000 à 50 000 poids lourds pourront circuler chaque année. Simultanément, des travaux vont être entrepris pour augmenter le gabarit des tunnels ferroviaires des lignes existantes et accueillir des camions de taille plus importante.
A plus long terme, selon les responsables de l'autoroute ferroviaire alpine, cette expérience devrait s'intégrer dans un projet plus étendu concernant l'axe Lyon-Turin. Une expansion qui dépend du percement de plusieurs tunnels, dont le fameux tunnel"de base" de 52 km qui doit relier Saint-Jean-de-Maurienne et le Val-de-Suse en Italie. Mais rien n'est confirmé à ce sujet, à commencer par le plan financement. L'avenir du ferroutage en France est donc loin d'être assuré...
Depuis le 15 mars dernier, les trains de marchandises peuvent désormais traverser les frontières Europêennes librement après avoir obtenu un "sillon" (itinéraire et horaire d'une circulation). Si certains de nos voisins avaient déjà ouvert leurs frontières avant l'application de cette directive européenne, la France restait une exception. Le président de la SNCF affirme qu'il faut "jouer l'Europe à 100 %". Les syndicats concernés se sont, quant à eux, montrés hostiles.
A suivre..

 

ACTIONS :NON À L’ALCOOL AU VOLANT

La Sécurité routière continue à lutter contre des pratiques responsables d’un tiers des accidents de la route en France

Sept personnes meurent chaque jour sur les routes de France à cause d’un verre de trop : pour faire baisser ce chiffre, la Sécurité routière lance lundi prochain une nouvelle campagne d’affichage destinée à répéter que l’alcool au volant est le problème de tout le monde.

« Dès 0,5 g d’alcool par litre de sang l’alcool réduit votre champ de vision » : contrairement aux récentes campagnes choc sur la ceinture de sécurité où l’on voit des enfants jetés du quatrième étage d’un immeuble, le slogan des affiches qui seront placardées dans toute la France pendant une semaine, joue sur le registre sérieux et scientifique en s’adressant à chaque adulte qui monte en voiture.

On y devine un conducteur, prisonnier d’une voiture aux allures de bouteille de vin, dont la vision est floue. La Sécurité routière en profite pour rappeler que près d’un tiers des accidents de la route sont liés à l’alcool : 31,2 % des accidents mortels et 32,4 % des tués, et ce malgré les campagnes répétées ces dernières années sur le sujet.

Bon nombre d’accidents ne sont pas le fait d’alcooliques invétérés, mais ont lieu après un bon repas de famille ou entre amis, a souligné Isabelle Massin, délégué interministérielle à la Sécurité Routière, lors d’une conférence de presse de présentation de la campagne.

« Dangereux avant d’être saoul »
« On a l’impression d’être bien, en pleine possession de ses moyens. Mais le risque survient bien avant la notion d’ivresse », affirme pour sa part Philippe Batel, alcoolique à l’hôpital Beaujon de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), en insistant particulièrement sur l’altération des capacités visuelles des conducteurs, même légèrement « imbibés ».

« Cette campagne est plus soft en apparence que d’autres, car nous voulons que tout le monde se sente concerné, et nous voulons éviter les réactions de gens disant, face à un alcoolique profond : « je n’en suis pas encore là », ajoute-t-il.

« A longueur d’audience, les gens nous disent qu’ils n’étaient pas ivres lorsqu’ils ont eu leur accident et à longueur d’audience on leur explique qu’il ne faut pas attendre d’être saoul pour être dangereux » ajoute Denis Guignard, procureur de la République adjoint du tribunal de grande instance de Pontoise (Val d’Oise) qui a mis sur pied un système de prévention dans son département, pour faire baisser la récidive.

« Si l’on parvenait à faire respecter le seuil maximum autorisé de 0,5g/l d’alcool par litre de sans, il y aurait beaucoup de vies sauvées », estime Mme Massin.

La Sécurité routière a été promue grande cause nationale par le président Jacques Chirac le 14 juillet dernier. Parmi les mesures envisageables figure l’abaissement du taux maximum d’alcool autorisé, qui est de 0,5g/l dans la plupart des pays européens, compris entre 0,8g/l en Grande-Bretagne et 0,2g/l en Norvège.

Parallèlement, la Sécurité routière a lancé une autre campagne radio depuis le 27 juin, destiné aux plus jeunes, pour promouvoir à nouveau le principe du « conducteur désigné ». De courts scénarios où des jeunes, qui s’estiment responsables d’accidents mortels, parlent de leur expérience et de leur douleur d’avoir perdu un proche pour l’avoir laissé conduire après avoir bu.

« Il faut aussi montrer les vies blessées à la suite du comportement irresponsable de ceux qui conduisaient en état d’ivresse » ajoute Mme Massin.

Le taux d'alcoolémie à partir duquel il est interndit de conduire est d : 0,5 g d'alcool par litre de sang.

Valable pour Vélos, cyclomoteurs, motos, voitures, ...

La taux d'alcoolémie maximum est atteint :
• 1/2 heure après avoir bu quand oun est à jeun
• 1 heures après avoir bu au cours d'un repas.

ÉQUIVALENCES (10 gr d'alcool)
1 verre de Vin 12,5° > 10 cl
égal
Bière 5° > 25 cl
égal
Pastis ou Wisky ou Tequila > 40° - 3cl
égal
Vin cuit 16° > 8 cl

Taux d'alcoolémie à jeun, 1/2 heure après avoir bu 1 verre :
HOMME : 70 kgs : 02,g/l
FEMME : 50 kg : 0,33 g/l

ÉLIMINATION
Élimination lente par le foie :
environ 0,10 g par litre et par heure

poids en kg
1 verre absorbé représenté en g/l
Homme
Femme
A jeun
Lors d'un repas
A jeun
Lors d'un repas
40
0,36
0,24
0,42
0,28
50
0,29
0,19
0,33
0,22
60
0,24
0,16
0,28
0,19
70
0,20
0,14
0,24
0,16
80
0,18
0,12
0,20
0,14
90
0,16
0,11
0,18
0,12

Faites vos comptes..

 

Calcul du taux d'alcoolémie (en g/l)

Quantité de

liquide bu en ml

x

Dégré d'alcool

divisé par 100

x

densité

alcool (0,8)

par poids (kg) x 0,7 pour un homme

ou x 0,6 pour une femme

 

Vos messages :

Ils m'ont écrit :

LELIEVRE FRANCK-HERVE de BEAUCHENE 35320 CREVIN
SAPEUR POMPIER,
EMAIL = f.lelievre@free.fr
Stop aux dangers sur la route
Nous sommes en droit au regard des resultats catastrohpiques de se demander ce q les conducteurs apprennent au sein des auto ecoles. Comme on est en droit de se demander egalement si au bout d'un an il ne faidrait pas mettre le nez dans le fond du prblement tout comme les chiots qui s'oublient. Pour ma part ayant vu trop d'horreur sur les avp je prone la tolerance zero.

RAMON Rachel à beaucamps le vieux
Mère au foyer,
EMAIL = rachelramon8@aol.com
Stop aux dangers sur la route
accident = J'habite dans un village de 1500 habitants. Il y a 3 cafés dans ce village et une discothèque. Je peux vous dire que tout le monde connait les habitués de ces bistrots et je suis certaine que les gendarmes aussi. Jamais, je dis bien jamais, je ne vois de contrôle routiers dans le village. Idem pour la discothèque, il doit y avoir un contrôle tous les deux mois environs pas plus. Tous les ans nous sommes confrontés à des accidents sur nos routes, un ami à moi a été tué il y 6 ans alors qu'il allait travaillé. Il était boulanger il prenait donc la route la nuit, il a croisait un chauffard sur sa route il s'est fait fauché, ce chauffard sortait d'une discothèque pas trés loin de mon village. Il avait bien évidemment de l'alcool dans le sang. Cette même personne avait provoqué un autre accident quelques temps auparavant et la victime est dans un fauteuil roulant avant. Mon ami avait une petite fille de 3 mois quand il a disparu. Comment est-il possible de laisser des personnes récidiver ? Il y a vraiment un problème quelque part.

 

Liste d'associations et des sites (aussi) :

Victimes en colère : n° vert : 0820 30 30 00 - Internet : www.victimes.org (Michel Chevalet)

www.preventionroutiere.asso.fr
L'opération « capitaine de soirée », vise à diffuser le principe : « Celui qui conduit, c'est celui qui ne boit pas ! » Le concours, réserve aux 18/24 ans, se termine le 31/12/2002 et consiste à trouver un nouveau nom pour cette opération. Pour le gagnant : 2 000 en chèque-voyage. Inscription sur le site.

www.drogues.gouv.fr
Ce qu’il faut savoir (sur le cannabis, la cocaïne, I'ecstasy, I'héroïne, I'alcool, le tabac, les conduites dopantes) fait le point sur ces substances ; qu'est-ce que c'est, à quoi ça ressemble. Effets et dangers, dépendance, législation... Indispensable : la sélection d’adresses utiles (par département, ou domaine d'activité). Un site très complet lisible par tous.

http://perso.club-internet.fr/aafr/index.html
Le site de l'association des Alcooliques Anonymes, née en 1935 aux USA et en 1960 en France, présente un test en 12 questions auxquelles il faut répondre honnêtement pour savoir si l'on est en grande difficulté face à sa consommation d'alcool. On peut lire aussi un « Message aux moins de 20 ans » rédigé en 12 questions simples. La rubrique « Un nouveau veut savoir. . . » répond aux questions de base : comment devenir membre des AA ? Que se passe-t-il aux réunions des AA ? Sur le site sont aussi indiqués tous les renseignements sur les réunions, par département et par ville.

 

www.cvotresante.com
Sur ce site médical très complet, une large part est consacrée à la prévention, en particulier du tabac, de l'alcool et des drogues en général. Chaque dossier propose des articles clairs, courts, rédigés en un style simple et compréhensible par tous. « Tabac et grossesse » - « Mesure du tabagisme passif » ou « Alcool, effets sur la santé », « Alcool, les jeunes "cœur" de cible », ou encore « Toxicomanies ou addictions ». Une bonne partie de ces articles est consultable librement, mais il existe un service abonné plus complet (que l'on peut tester gratuitement quinze jours) avec notamment un programme « J'arrête de fumer », en quinze modules étales sur trois mois, durant lesquels des psychologues et des médecins sont à votre écoute par téléphone ou e-mail.

www.33docavenue.com
Ce site médical sérieux et très fourni propose dans sa rubrique « Testez-vous des animations colorées, ludiques et efficaces sur le tabagisme passif: les risques, comment la loi nous protège, la position de l'industrie du tabac, que faire pour se protéger, etc.
« Pour en savoir plus » présente une liste de sites internet et une sélection d'ouvrages récents."'êtes vous sur de tout connaître sur l'alcool ?" présente un clip et des tests tout à fait parlants, tels que : « Une bouteille, c'est combien d'unités d'alcool ? » avec quelques petits exemples à l'appui de la démonstration. À ne pas manquer non plus les conseils illustrés de : « 5, 4, 3, 2, 1. . . J'arrête de fumer, en beauté ! »

www.apf-moteurline.org
Du fauteuil roulant aux béquilles, environ 3 millions de personnes souffrent de handicap moteur en france. Toutes les informations médicales, sociales et légales sur ce site crée par l'Association des paralysés de France (APF)

www.securiteroutiere.equipement.gouv.fr
Comprendre pour choisir sur la route

site.www.cannabistrot.net
Un site qui explique tout sur le cannabis. À ne pas mettre entre toutes les mains.

Des sites d'information et de prévention

Débat sur la drogue

Consacré au Cannabis

Liste de toutes les drogues

Les dangers de la drogue

Contact - Sommaire du site - Questionnaire